DOSSIERS SANTÉ

pour les dossiers bien-être suivez ce lien.

PROCHAINEMENT: 

 • Les grosseurs,abcès et tumeurs    • Les maladies de la peau et du pelage    • Les parasites courants    • Les oreilles    • Le mâle    • La femelle    • L’accouplement    • La gestation et la mise bas    • Les nouveaux-nés  

 • L’appétit

LES MALADIES INFECTIEUSES

Les chats sont sujets à de diverses maladies infectieuses, dont certaines peuvent s’avérer fatales. Pour protéger votre chaton, il est primordial de le faire vacciner. Un rappel annuel de vaccination assurera une longue vie a votre chat. Les chats provenant d’un élevage doivent  être impérativement vaccinés 2 fois contre la leucose, le coryza et la panleucopénie (typhus) et être vermifugés.

La rhino-trachéite virale féline,  également appelée la grippe du chat, est très répandue. 
Symptômes : éternuements, fièvre, écoulement du nez et des yeux.
Traitement : Le traitement est a base d’antibiotiques mais faites vacciner votre chat.

L’entérite féline, appelée aussi maladie du jeune âge, est la principale maladie mortelle des chatons. Le virus se transmet par les excréments.
Symptômes : violents vomissements, des diarrhées et une déshydratation.
Traitement :  Réagissez vite car le chat atteint peut décéder dans les 24 heures, le traitement se fait par antisérum intraveineux. Il existe également un vaccin.

• 

La leucose féline, est une affection du sang don l’issue est fatale. Elle est provoquée par un virus qui se transmet par la salive et qui détruit le système immunitaire.
Symptômes : L’animal perd du poids rapidement et il souffre de gingivite.
Traitement : Il n’y a pas de traitement mais il existe un vaccin.

La chlamydia, est une bactérie qui provoque une conjonctivite.
Symptômes : inflammation douloureuse de l’œil.
Traitement : Un vaccin permet de protéger votre chat.

Le FIV ( virus d’immunodéficience féline ), se transmet par le léchage,  par de la nourriture préalablement infectée, par l’allaitement ou lors de l’accouplement.
Symptômes :  Après une période de légers malaises et de fièvre où se développent des ganglions, les défenses immunitaires sont atteintes. Le chat cesse de s’alimenter et perd du poids ; il souffre de gingivite, de diarrhées, de vomissements et de complications oculaires ou dermatologiques.
Traitement : Des antibiotiques ou des corticoïdes peuvent  réduire les symptômes temporairement, mais il n’y a pas de guérison et l’issue est fatale. Les porteurs de FIV, même bien portants, doivent être tenus à l’écart des chats non contaminés.

L’anémie infectieuse féline, est une maladie des globules rouges causée par une bactérie appelée Hemobartonella. On pense qu’elle se transmet par des piqûres de puces, ou par le placenta.
Symptômes : elle se manifeste par une anémie, une léthargie et la perte de poids.
Traitement : Il n’y a pas de vaccin mais une cure d’antibiotiques vient à bout de la maladie. Il est possible que les sujets guéris soient encore porteurs de la bactérie.

La P.I.F. ( péritonite infectieuse féline ), est une maladie très contagieuse due à un virus coronarien transmis au chat qui lèche des excréments infectés. Elle atteint différents organes : foie, reins, poumons, cerveau.
Symptômes : Fièvre, fatigue, perte d’appétit, diarrhée. Un liquide gagne l’abdomen puis les autres organes. Des complications surviennent au niveau des yeux et du système nerveux central.
Traitement : 

Il n’existe pas de vaccin, un traitement à base de cortisone et d’antibiotiques peut momentanément soulager le chat, mais l’issue est fatale.

La toxoplasmose, se répand par un parasite qui vit dans l’organisme de tous  les êtres vivants a sang chaud et qui se trouve dans les excréments. Environ 50% des chats ont la toxoplasmose à un moment de leur vie, mais les symptômes apparaissent uniquement chez les chats dont le système immunitaire est défaillant. Le parasite survit dans les selles pendant 24 heures avant d’être transmissible à l’homme. Se débarrasser des litières usagées rapidement permet de limiter le risque de transmission qui peut être grave chez  la femme enceinte où le virus peut causer de graves lésions à l’embryon.
Symptômes :  diarrhées essentiellement.
Traitement :  Il n’existe pas de vaccin, mais un traitement à base de vermifuge est suffisant.

La rage, est due à un virus qui affecte le système nerveux central. Cette maladie mortelle, qui peut atteindre l’homme, se transmet par morsure, coup de griffe ou léchage.
Symptômes :  Ils apparaissent dans une période allant de dix jours à six mois : salivation , agressivité, pupilles dilatées, convulsions. En quelques jours la maladie évolue vers une paralysie générale et la mort.
Traitement : Le vaccin est obligatoire dans les départements déclarés infestés ( nord-est de la France ) et vivement conseillé ailleurs surtout si le chat va dehors.

Questions / Réponses :

Les maladies infectieuses 

• Mon chaton aura son premier vaccin la semaine prochaine. Y a-t-il des effets secondaires ?

Chez certains sujets les vaccins provoquent une légère somnolence, qui ne dure généralement pas plus d’un ou deux jours. Si cet état se prolonge, contactez votre vétérinaire. Quelques fois l’inoculation du vaccin déclenche la maladie. Mais ces cas sont rares. • Est-ce qu’il arrive que les vaccins soient inefficaces ?
Parfois, soit parce que le système immunitaire du sujet est déficient, soit parce que l’immunité maternelle est encore présente chez le chaton. Mais la seconde vaccination est efficace. Des vaccins peuvent être sans effet s’ils sont mal conservés, mal transportés ou mal administrés. • Que se passe-t-il si on oublie le rappel du vaccin ?
La protection de votre chat disparaît et il sera sans doute nécessaire de recommencer l’ensemble du processus de vaccination, avec deux injections. Les vétérinaires, en général, envoient un carton de rappel. • Existe-t-il une possibilité de vaccin homéopathique ?

Il n’y a aucune certitude scientifique aujourd’hui que les médicaments homéopathiques puissent remplacer un vaccin; il faut donc être prudent.

LES PROBLÈMES BUCCO-DENTAIRES

On néglige trop souvent les soins dentaires chez les chats. Pourtant, un examen et un nettoyage régulier de la bouche évitent bien souvent des problèmes.
 

Les affections buccales

 
La gingivite 

– La gingivite est une inflammation des gencives. Chez le chat, elle peut  avoir diverses origines. Elle peut être due à la plaque dentaire qui se forme entre les dents et les gencives à partir de bactéries, provoquant ce que l’on appelle une gingivite expulsive. A terme, le chat peut être victime d’une affection nécessitant un traitement par antibiotiques. Certaines maladies (diabète, problèmes rénaux ou virus ) peuvent causer une gingivite chronique. Cette affection est très douloureuse lorsqu’elle s’accompagne d’une ulcération étendue des gencives et d’autres parties de la bouche. Il peut être nécessaire d’arracher les dents.

Les infections bactériennes  – Les bactéries peuvent se propager entre la racine et l’alvéole de la dent jusque dans les os du crâne ou la mâchoire inférieure. A ce stade, la maladie se développe en détruisant l’os alvéolaire, ainsi que les ligaments qui maintiennent la dent. Celle-ci finit par tomber. Cette affection s’accompagne souvent d’abcès buccaux et de douleurs qui se manifestent surtout lorsque le chat mange.

La résorption alvéolaire –  Au moins 60 %  des chats souffrent de résorption alvéolaire. Il s’agit de cavités qui apparaissent dans  la gencive entre la racine et la couronne, distinctes des caries de l’homme dont les chats sont rarement victimes. Ces cavités finissent par atteindre le canal pulpaire. A terme , la couronne se désagrège. Ces lésions peuvent affecter la racine. Il n’existe aucun traitement véritablement efficace, à part l’extraction des dents touchées.

Les affections des muqueuses buccales – Les chats souffrent également de plusieurs maladies qui touchent les tissus sensibles de la bouche. Des gencives douloureuses et des ulcères peuvent être des signes d’une maladie virale telle que la leucose. Les granulomes éosinophiles ( cancer de la peau ), les gros ulcères aux lèvres, ou les ulcères protubérants sur la langue, le palais ou la gorge, ont une apparence particulièrement inquiétante. Ils sont souvent le résultat d’une allergie et peuvent être soignés par le vétérinaire.

Les tumeurs – Le problème le plus grave est la présence de tumeurs dans la bouche du chat. Celles-ci peuvent être malignes et doivent être retirées rapidement. Il est donc indispensable de faire examiner les dents régulièrement.

Questions / Réponses

Les problèmes bucco-dentaires  • Comment apprendre à mon chat à supporter que je lui brosse les dents ?

Commencez le plus tôt possible. Si votre chat est déjà adulte, il n’est pas trop tard. Frottez-lui légèrement les dents avec un coton-tige, afin qu’il s’habitue à cette sensation. Mettez un peu de dentifrice pour chats d’abord sur votre doigt pour qu’il le lèche, puis dans sa bouche. Après quelques semaines, tentez un premier brossage avec votre doigt ou une brosse a dents pour chats ( disponible dans les magasins spécialisés ). • Mon chat bave et se frotte la bouche sans cesse. Qu’a-t-il ?
Ouvrez-lui la bouche et regardez. Vérifiez s’il n’y a pas un corps étranger ( aiguille ou arête de poisson ). Inspectez ensuite ses dents et ses gencives. A-t-il une dent qui bouge, des ulcères sur le palais ou la langue ? Si oui consultez rapidement un vétérinaire. • Mon vétérinaire dit que les dents de ma chatte sont en si mauvais état qu’il faut toutes les arracher. Comment va-t-elle pouvoir manger ?
En réalité, manger sera pour elle plus facile. Ses gencives vont durcir et elle pourra même absorber autre chose que du liquide. Il sera en effet plus agréable pour elle de mastiquer avec des gencives endurcies qu’avec des dents qui lui font mal. • Comment dois-je m’y prendre pour lui brosser les dents sans lui faire mal et a quel rythme ?

Il faut le faire au moins une fois par semaine ( voire deux si votre chat a déjà  rencontré des problèmes dentaires ). Enveloppez le chat dans un linge, demandez à quelqu’un de le maintenir et soulevez la lèvre supérieure. Ouvrez ensuite la mâchoire et frottez les dents à l’aide d’une brosse à dents très souple ou d’un tissu, trempés dans une solution saline diluée ou sur lequel sera déposé un dentifrice spécial pour chats. Si votre chat se débat trop pour que vous puissiez lui nettoyer les dents, emmenez-le chez le vétérinaire une fois par an pour un détartrage. 

nettdentschat-5578077

LES PROBLÈMES URINAIRES

Les problèmes urinaires

Votre chat retourne sans cesse à sa litière ou urine a des endroits inhabituels ? Sans doute souffre-t-il d’une infection urinaire. Traitez-la rapidement : elle peut devenir grave. Un chat qui peine à uriner ou dont les urines contiennent des traces de sang présente probablement une maladie de l’appareil urinaire soyez vigilant.

La cystite , le problème le plus fréquent de la vessie et de l’appareil urinaire chez les chats est l’infection. Celle-ci remonte l’urètre jusqu’à la vessie, provoquant une inflammation.
Symptômes : Les femelles ayant l’urètre plus court que les mâles, elles y sont davantage prédisposées. Les parois enflammées de la vessie deviennent alors irritables, c’est pourquoi le chat tente d’uriner même lorsqu’elle est vide. Les parois peuvent aussi saigner. Si le chat n’est pas soigné, l’infection bactérienne risque de se propager vers les uretères qui véhiculent l’urine des reins à la vessie, et d’atteindre ainsi les reins. Cela peut s’avérer fatal.
Traitement :  La plupart des infections bénignes se traitent aux antibiotiques ; il est donc conseillé d’agir rapidement. Afin de réduire tout risque de rechute, suivez le traitement jusqu’au bout, même si les symptômes s’estompent. Encouragez votre chat à boire : cela l’aidera à évacuer l’infection de l’appareil urinaire. Vous pouvez par exemple saler un peu plus sa nourriture. Votre vétérinaire saura vous conseiller.

Les calculs , l’appareil urinaire des chats peut être atteint d’autres maladies plus graves. La maladie féline du bas appareil urinaire ( ou syndrome urologique félin ) affecte principalement les mâles. Les causes en sont aussi bien bactériologiques que virales. Elles peut  être associée à la présence de cristaux dans l’urine alcaline. L’urine est alors concentrée et les sels y forment un dépôt granuleux de cristaux ou calculs minuscules qui bloquent l’urètre. Celui-ci est particulièrement étroit chez les mâles ; si des résidus le bouchent, le chat ne pourra plus uriner. C’est un cas d’urgence médicale.

Les tumeurs , des polypes ou des tumeurs à l’entrée de la vessie peuvent provoquer des douleurs lorsque le chat urine. Les tumeurs entraînent souvent des ulcères et saignent. Les obstructions partielles ou complètes de l’appareil urinaire doivent être soignées au plus vite; elles nécessitent parfois une intervention chirurgicale. Les polypes peuvent être retirés, mais certaines tumeurs sont incurables. Le traitement peut comporter un régime alimentaire.

La prévention des maladies urinaires

Il est indispensable de garantir à votre chat un accès permanent à l’eau fraîche, surtout si vous le nourrissez d’aliments déshydratés. Bien que la plupart des chats préfèrent s’abreuver à l’extérieur, son bol d’eau doit toujours rester plein. Il existe des aliments pour chats contenant peu de magnésium, ce qui permet d’acidifier l’urine, diminuant ainsi la formation de cristaux. Un chat qui fait habituellement ses besoins à l’extérieur mais qui n’aime pas le froid sera particulièrement exposé aux cystites en hiver. En effet, il aura tendance à laisser sa vessie se surcharger. Dans ce cas, assurez-vous qu’il sort régulièrement ou mettez une litière à sa disposition à l’intérieur. Enfin, sachez qu’un accident ou une chute peuvent provoquer une rupture de la vessie qui, si elle n’est pas dépistée rapidement, entraîne elle-même de graves problèmes.

Questions / Réponses

• Mon chat ne pouvait plus uriner. Le vétérinaire lui a retiré le pénis. Etait-ce nécessaire ?

Le pénis est la partie la plus étroite du système urinaire. C’est donc là que se produisent la plupart des obstructions. Si elles ne peuvent être évacuées autrement, il faut retirer le pénis et pratiquer une nouvelle ouverture sous la queue pour que l’urine s’évacue. C’est assez désagréable au début, mais cela résout le problème. • Une crise de cystite est-elle une urgence ? Faut-il que je conduise ma chatte chez le vétérinaire même pendant la nuit ? La cystite est douloureuse, mais le chat n’est pas réellement en danger. De plus, les femelles souffrent rarement d’une obstruction de l’urètre. Vous pouvez donc attendre jusqu’au lendemain, sauf si votre chatte se met a vomir ou semble très perturbée. • Mon chat, âgé de 11 ans, souffre d’insuffisance rénale chronique. De quoi s’agit-il ? L’insuffisance rénale chronique affecte souvent les chat âgés qui ont souffert d’obstructions de l’appareil urinaire. Le chat maigrit, a peu d’appétit et mauvaise haleine. Il urine beaucoup, et cette urine peut contenir des protéines. Votre vétérinaire doit donc le suivre régulièrement et lui prescrire un régime particulier ainsi que des médicaments.

URGENCES ET PREMIERS SECOURS

Lorsqu’un chat souffre d’une blessure grave ou de symptômes apparus soudainement, le plus important est de rester calme : paniquer n’avance a rien. Manipulez le chat avec précaution afin de ne pas vous faire mordre – les morsures de chat s’infectent vite. Ne prenez des mesures de premiers secours que si vous êtes sûr de vos gestes; ils doivent pas retarder l’appel du vétérinaire. Et n’oubliez pas que certaines interventions, comme la respiration artificielle ou le massage cardiaque, peuvent être hasardeuses et ne doivent être tentées que si le vétérinaire n’est pas immédiatement disponible.

Les premiers gestes à faire

• Vérifiez que le chat peut respirer. Ôtez tout corps étranger de sa gueule et tirez sa langue en avant

• Placez le chat en position de récupération, couché sur le côté droit, et garder-le au chaud.

• Vérifiez son pouls ( photo ) en palpant l’intérieur de sa cuisse. Chez le chat en bonne santé, il se situe entre 160 et 240 pulsations par minute. En cas de choc, il augmente. S’il n’en a pas, vérifiez la fréquence cardiaque ( côté gauche de la poitrine, juste sous le coude ). Faite un massage si nécessaire.

• Arrêtez tout saignement.

• Transportez le chat de façon sûre et rapide chez le vétérinaire.

Déplacer un chat blessé

Tenez le chat d’une main par la peau du cou et soutenez la croupe de l’autre main ( photo ). Soulevez-le doucement et posez-le dans un panier tapissé de tissu pour le transporter. Pour éviter de vous faire griffer, enveloppez-le serré dans une serviette, en ne laissant sortir que la tête. Un chat gravement blessé doit être placé sur un objet plat et dur comme un plateau métallique ou une planche. Un atlas routier conviendra parfaitement si vous êtes en voiture. Evitez tout mouvement inutile au cas où il y aurait des fractures ou une hémorragie interne. Cela est essentiel si vous soupçonnez une lésion vertébrale. Après avoir prévenu le vétérinaire de votre arrivée imminente, conduisez doucement pour éviter les secousses douloureuses qui risqueraient d’aggraver la situation.

La respiration artificielle

Si le chat saigne du nez, vomit ou recrache de l’eau suite à un accident ou à une noyade, il y a un risque qu’il cesse de respirer. Envoyez chercher de l’aide e tentez une respiration artificielle.

1. Tirez sa langue en avant et retirez tout élément susceptible d’obstruer sa gueule. En cas de noyade, saisissez le chat par les pattes arrière et faites-le balancer entre vos jambes afin de libérer ses poumons et de stimuler sa respiration.

2. Pour tout autre accident, allongez le chat sur le côté droit et étirez sa tête afin de permettre à l’air de circuler.

3. Fermez la bouche du chat, entourez le museau avec vos mains et soufflez dans sa truffe environ 3 secondes. Faites une pause de 2 secondes et recommencez. Continuez jusqu’à ce que le chat recommence à respirer de lui-même.

Le massage cardiaque

Si le cœur du chat est arrêté, il faut immédiatement procéder à un massage cardiaque.

1. Placez le chat en position de récupération ( couché sur le côté droit ). Posez la paume de la main contre son côté gauche, juste derrière le coude.

2. Etendez la main sur la partie la plus large de la poitrine avec le pouce d’un côté et les doigts de l’autre. Pompez rapidement et fermement la cage thoracique trois fois, en laissant moins d’une seconde entre chaque action, puis soufflez dans sa truffe en lui fermant la gueule.

3. Répétez cette séquence 15 à 20 fois par minute jusqu’à ce que le cœur batte à nouveau. Continuez alors uniquement la respiration artificielle et faites-vous aider pour transporter le chat chez le vétérinaire au plus vite.

En cas de thrombose de l’artère iliaque

Si le chat miaule continuellement, ne peut pas bouger les pattes arrière, éprouve du mal à respirer et a la langue et les gencives bleues, il peut être atteint de thrombose iliaque. Dans ce cas :

1. Allongez le chat sur le côté droit, tirez sa langue vers l’avant, étirez sa tête pour laisser passer l’air.

2. Transportez-le délicatement cher le vétérinaire.

En cas d’électrocution

Si le chat mordille un fil électrique, il peut s’électrocuter et avoir des brûlures graves à la gueule et aux lèvres, voire un arrêt cardiaque.

1. Coupez le courant avant de toucher le chat ou utilisez un matériau non conducteur, comme un morceau de bois, pour éloigner le chat de la source électrique.

2. Si le chat est dans le coma, appelez immédiatement le vétérinaire. Gardez l’animal au chaud et vérifiez sa respiration et son pouls. Procédez à une respiration artificielle si nécessaire.

3. Transportez-le au plus vite chez le vétérinaire.

En cas d’hémorragie

Une hémorragie non détectée peut mener à un état de choc et entraîner la mort. Avant de partir chez le vétérinaire, vous pouvez néanmoins intervenir.

Pour les plaies de surface :

1. Appuyez sur la partie qui saigne avec le pouce, ou placez un coton et faites un pansement serré. Si le sang traverse, refaites un bandage par-dessus.

2. En cas d’hémorragie à la patte ou a la queue, faites un garrot : attachez une fine bande de tissu ( n’employez ni ficelle ni élastique ) autour de la queue ou la patte, entre le cœur et la blessure. Placez un crayon ou un bâtonnet à l’intérieur du nœud afin de bien le serrer. Le garrot ne doit pas être gardé plus de 15 minutes.

En cas d’hémorragie interne :

Si le chat a eu un accident, si ses gencives sont bleues et qu’il semble léthargique, il peut être atteint d’une hémorragie interne. Dans ce cas :

1. Gardez le chat au chaud et calmez-le.

2. Limitez les déplacements. Appelez le vétérinaire.

En cas de coupures et de morsures

Vous pouvez soigner les blessures mineures, mais consultez un vétérinaire en cas d’infection.

1. Retirez les débris de la plaie.

2. Baignez la partie atteinte dans de l’eau chaude. ( Photo )

En cas de saignements du nez

Ils peuvent être provoqués par un coup, un éternuement violent ou un problème médical.

1. Calmez le chat.

2. Maintenez des glaçons sur le museau pour arrêter le sang.

3. Contactez votre vétérinaire si les saignements persistent.

En cas de brûlures

Une action rapide limite les dégâts de la peau.

Brûlures avec de l’eau ou l’huile bouillante

1. Rafraîchissez la peau en tamponnant avec de l’eau froide. N’appliquez aucune crème.

2. Placez une compresse froide ( un tissu mouillé ou des glaçons ).

3. Amenez le chat chez le vétérinaire.

Brûlures d’origine chimique

1. Protégez-vous et rincez tout doucement avec beaucoup d’eau pour enlever le produit.

2. Consultez immédiatement le vétérinaire.

Fourrure tachée par un produit nocif

Si le chat est tombé ou a roulé dans de l’huile de vidange ou de mazout :

1. Nettoyez la fourrure avec du détergent dilué. N’utilisez pas d paraffine ni de produits assimilés.

2. Rincez abondamment.

3. Si le chat s’est léché le poil, rincez la gueule avec un coton imbibé d’eau tiède. Contactez immédiatement le vétérinaire.

Ingestion d’objets

Les objets pointus tels que les arêtes de poisson ou les aiguilles peuvent s’enfoncer dans la gorge. Le chat salive et se frotte la gueule avec la patte.

1. Pour éviter de vous faire mordre, placez un crayon non taillé en travers de la bouche du chat, entre les mâchoires supérieures et inférieures.

2. Retirez l’objet avec les doigts ou une pince à épiler si vous le voyez.

3. Si vous ne pouvez pas l’atteindre ou ne le voyez pas, appelez immédiatement le vétérinaire.

En cas de blessures avec un hameçon

L’hameçon peut être enfoncé dans la bouche ou dans la peau. Si vous n’en voyez qu’un bout, ne tentez pas de le retirer : vous déchireriez la chair du chat. Ne touchez à rien et emmenez le chat immédiatement chez le vétérinaire. Si l’hameçon est accessible :

1. Essayez de le faire sortir en le poussant ou coupez-le en deux et poussez la pointe vers l’extérieur.

2. Si vous n’y arrivez pas, emmenez le chat chez le vétérinaire.

En cas de piqûre d’abeille

En général, les piqûres se situent autour de la gueule et sur les pattes. Si la gueule ou la gorge enfle, appelez immédiatement le vétérinaire.

En cas de piqûre de guêpe : Les guêpes retirent leur dard et s’envolent. Le venin de la guêpe est alcalin. Il faut donc baigner la piqûre dans un acide dilué, comme le vinaigre.

En cas de piqûre d’abeille :  Le dard reste dans la peau. Ôtez-le à la pince à épiler. Le venin est acide ; il faut donc baigner la piqûre dans une solution alcaline comme le bicarbonate de sodium.

En cas de coup de chaleur

N’enfermez jamais un chat dans une voiture ou dans une serre sans ventilation. Le coup de chaleur peut être fatal. Les premiers signes apparaissent après quelques minutes : respiration lourde ou haletante, épuisement, salivation, perte de conscience.

1. Sortez immédiatement le chat.

2. Immergez-le dans l’eau froide ou tiède ou arrosez– le jusqu’à ce que la respiration ne soit plus haletante ( normalement au bout de 5 minutes ).

3. Faites-lui boire de l’eau.

4. Si le chat ne se remet pas rapidement, emmenez-le chez le vétérinaire.

En cas d’empoisonnement

Les appâts pour limaces ou certaines plantes constituent un danger potentiel. Certaines substances toxiques peuvent aussi être inhalées ou absorbées par la peau. Les symptômes sont la salivation, des vomissements soudains et violents, une perte de coordination des mouvements et des convulsions.

1. Informez le centre des urgences des substances ingérées. Gardez le chat au calme et au chaud.

2. Ne provoquez des vomissements que si le vétérinaire vous le demande. Suivez ses conseils. Il se peut qu’il dispose d’un antidote.

LES POISONS COURANTS ET LEURS EFFETS

 ⇪

LES PROBLÈMES RESPIRATOIRES

Les chats ont une respiration très discrète. Un chat qui respire bruyamment a probablement un problème. Cela peut être bénin, mais soyez vigilant. Au repos, un chat respire silencieusement par le nez à une fréquence de 25 à 30 inspirations par minute. Le ronronnement n’est pas lié à la respiration : c’est un signe de plaisir ou une réaction au stress. Mais s’il est plus fort ou plus profond, il peut être révélateur d’une douleur ou d’une maladie. De même, si le chat respire par la bouche, ce qui est rare, il peut être souffrant, présenter une infection, un trouble cardiaque ou pulmonaire. Vérifiez si le nez n’est pas bouché par du mucus, du sang ou du pus et nettoyez-le délicatement avec un coton humide. N’enfoncez rien dans le nez. Symptômes : On appelle dyspnée une extrême difficulté à respirer. Un chat atteint de ce type de symptôme se tapit, allonge son cou, pousse ses coudes loin du thorax et s’aide des muscles abdominaux pour faire sortir l’air des poumons ( vous verrez les muscles de son ventre bouger ).
Les soins d’urgence : Soyez très attentionné envers un chat dans cet état car tout le stress supplémentaire accélérerait encore sa respiration. Si le chat arrête de respirer, allongez-le sur le côté, tirez doucement sa langue pour dégager la gorge et stimuler la respiration ( voir premiers secours, respiration artificielle ), et vérifiez que rien n’est coincé ( ne vous faites pas mordre ).
Chez le vétérinaire : Amenez le chat au plus vite chez le vétérinaire. Celui-ci vous demandera des informations précises concernant la crise. Est-elle apparue soudainement ou progressivement ? Est-ce arrivé lorsque le chat était actif ? A-t-il été pris dans une bagarre ou un accident ? A-t-il d’autres douleurs ou d’autres symptômes — le nez ou les yeux qui coulent, toux ou manque d’appétit ? Une radiographie pulmonaire peut être nécessaire. Ces investigations seront effectuées sous sédatif : en effet, un chat souffrant de troubles respiratoires présente davantage de risques anesthésiques. Lorsqu’une intervention chirurgicale doit être pratiquée, par exemple, en cas d’une rupture du diaphragme lors d’un accident de la circulation, l’anesthésie est indispensable. La toux est rare chez les chats. En général, elle révèle une affection des poumons, du cœur ou, de façon plus rare, de la trachée ou des voies respiratoires. Une toux sèche occasionnelle n’a rien d’alarmant, mais une toux persistante, fréquente ou sévère devra être surveillée par un vétérinaire. Le praticien vous demandera tous les détails : quand avez-vous remarqué la toux ? Est-elle sèche ? A quelle fréquence apparaît-elle ? Est-elle plus importante quand le chat est actif ou au repos ? Les vaccins sont-ils à jour ?  Le chat présente-t-il  d’autres symptômes ? D’autres chats de la maison sont-ils infectés ?  Le vétérinaire examinera la gorge ou les voies respiratoires du chat avec un endoscope et pourra aussi prélever un échantillon de mucus pour procéder à un examen bactériologique ou microscopique, ou encore faire une radio des poumons.

Questions / Réponses

• Au printemps, ma chatte de 2 ans se met à respirer par la bouche et sa langue devient bleue. Les crises sont brèves. A quoi sont-elles dues ?

Il se peut qu’elle soit sensible à un allergène de cette saison tel que le pollen qui cause de brèves crises d’asthme. Jusqu’ici, elle ne semble pas en avoir été très affligée, mais ses crises, risquent d’empirer d’année en année. La prise de stéroïdes au printemps peut les prévenir ou les réduire. • Mon chat de 18 mois tousse depuis toujours. Le vétérinaire l’a examiné à l’âge de 6 mois et a affirmé que ses poumons étaient bons. Il a bien grandi, ses yeux sont clairs et il chasse dehors toute la journée. Dois-je m’inquiéter de sa toux ? Puisque votre chat tousse depuis si longtemps sans que cela semble le déranger, des examens poussés ne se justifient pas vraiment. Cependant, comme il chasse, demandez tout de même à votre vétérinaire de vérifier s’il n’a pas de vers dans les poumons. • Mon vieux chat a récemment perdu du poids et développé une toux sèche. Il a des boules sous la peau du ventre, mais elles ne semblent pas douloureuses. Que dois-je faire ? Il se peut que votre chat ait un cancer des glandes mammaires. Le cancer se répand rapidement et souvent vers les poumons. Faites-le donc examiner au plus vite. S’il a un doute, le vétérinaire fera une radiographie pulmonaire. Dans le cas où le diagnostic se confirmerait, il discutera avec vous des soins palliatifs.

Causes principales des problèmes respiratoires

LA CLAUDICATION

Il n’est pas toujours facile de déterminer qu’un chat boite. En effet, les chats préfèrent se cacher et éviter de se déplacer plutôt que d’utilise une patte blessée. Un chat qui boite ou qui sautille sur trois pattes doit être soigneusement examiné. Procédez avec délicatesse : même très docile, il pourrait vous griffer ou vous mordre si vous lui faites mal. Enveloppez-le dans une serviette épaisse en laissant ressortir la patte blessée.

Blessures et accidents

Examiner un chat qui boite :

Touchez doucement le membre affecté en partant de l’endroit le moins douloureux. La patte est-elle anormalement chaude ? Est-elle enflée ou anormalement molle ? Les griffes sont-elles cassées ? Y a-t-il  des signes de blessure ( poils emmêlés ou arrachés, sang ) ?  Si oui, il se peut que votre chats ait été victime d’un accident de la circulation. Que faire ? Il peut arriver qu’après une courte période le chat cesse de boiter. Si se n’est pas le cas, une visite chez le vétérinaire s’impose. Notez quelle patte est atteinte et observez la démarche de l’animal. En effet, il se peut qu’une fois dans la salle d’examen, il refuse de bouger par simple appréhension. Ne nourrissez pas votre chat avant la consultation : il est probable que le vétérinaire lui donne un sédatif ou l’anesthésie pour l’examiner ou pour lui faire une radiographie. Les causes : Le plus souvent, une claudication subite est due soit à un accident de la circulation, soit à une chute importante, soit à une morsure infectée. Les blessures des coussinets sont rares. Mais une coupure peut saigner abondamment. Les coussinets peuvent être endommagés si le chat marche sur des surfaces accidentées ou s’il adore pratiquer l’escalade. Les éraflures se guérissent en baignant les pattes dans l’eau salée. En revanche, les brûlures des coussinets sont relativement fréquentes, surtout si votre chat a l’habitude de sauter sur la cuisinière. Dans ce cas, passez immédiatement la ou les pattes de l’animal sous l’eau froide, puis consultez un vétérinaire. Enfin, un chat peut boiter à cause d’une fracture des griffes ou d’une infection à la base des griffes.

Maladie des os ou des articulations

Les chats sont moins sujets aux problèmes osseux et articulatoires que les chiens. Cependant, ils peuvent souffrir de certaines pathologies.
Les malformations :

La dysplasie de la hanche, une malformation qui affecte parfois certaines races comme les Maine Coons, provoque une raideur et une démarche sautillante. Par ailleurs, les Siamois sont plus facilement sujets aux malformations osseuses. L’arthrite : Cette inflammation des articulations est surtout fréquente chez les chats âgés. L’articulation devient raide. Le repos et de légers massages soulageront votre chat. Les jeunes chats et chatons souffrent occasionnellement d’arthrite infectieuse qui s’accompagne d’une forte température. L’arthrite peut aussi être provoquée par la maladie de Lyme, transmise par une tique. Le chat boite environ un mois après le début de l’infection. Autres troubles : La claudication peut être un symptôme de malnutrition ou d’insuffisance rénale. Les os fins et faibles se fracturent facilement. Des troubles nerveux ou circulatoires, comme la thrombose de l’artère iliaque, peuvent provoquer une claudication, voie une paralysie. Les pattes sont alors froides et molles. Cette pathologie est très douloureuse. Gardez le chat au chaud et amenez-le chez le vétérinaire.

Questions / Réponses

• A la suite d’un accident de la circulation, mon chat a dû être amputé d’une patte. Il aimait beaucoup grimper aux arbres. Comment va-t-il supporter sa nouvelle situation ? Marcher sur trois pattes ne semble pas poser de problème aux chats. Aussi, en cas de blessure grave, un vétérinaire n’hésite pas à amputer. Bientôt, votre chat grimpera à nouveau aux arbres. • Mon chat est soudain devenu boiteux, puis il s’est effondré. Le vétérinaire a dit qu’il avait un caillot et l’a piqué. J’ai maintenant un nouveau chat. Comment puis-je empêcher que cet accident se reproduise ? Votre ancien chat souffrait d’une thrombose, un problème associé à une maladie cardio-vasculaire. Un caillot de sang bouche l’une des artères qui envoient le sang aux pattes arrière et le chat ne peut plus les utiliser. La probabilité de récupération est faible et la majorité des félins touchés est piquée. La meilleure prévention est de veiller à la qualité de la nourriture de votre chat tout au long de sa vie et à ce qu’il fasse suffisamment d’exercice. • Mon chat de 14 ans a récemment commencé à boiter. Ses griffes sont légèrement plus longues que d’habitude. Est-ce lié ? Coupez-vous de temps en temps les griffes de votre chat ? Peut-être sont-elles trop longues et se sont-elles incarnées dans les coussinets, provoquant une douleur dès que votre chat porte son poids sur les pattes. Mais il peut aussi souffrir d’un problème de rétraction des tendons, ce qui expliquerait la taille de ses griffes. Faites-le examiner. • Notre chat a eu une patte fracturée dans un accident de la circulation. Le vétérinaire lui a posé une broche. Alors qu’il semblait aller mieux, sa patte a soudain enflé. Maintenant il boite . Que faire ? Ramenez immédiatement votre chat chez le vétérinaire. La majorité des équipements médicaux sont conçus pour être conservés jusqu’à guérison de l’os. Mais peut-être les vis se sont-elles dévissées, faisant enfler la patte. Si c’est le cas, une opération chirurgicale sera peut-être nécessaire pour retirer les implants.

img144-9415851

Cette radiographie montre clairement une dislocation de la hanche gauche. Les chats souffrent rarement de déformation congénitale des hanches. Sans doute celui-ci a-t-il été victime d’un accident de la route ou d’une chute.

L’ANATOMIE DU CHAT

L’anatomie du chat révèle les étonnantes capacités physiques de ce chasseur hors pair. Souple, léger, rapide et musclé, cet animal est néanmoins fragile et peu endurant. Les chats sont des chasseurs carnivores, fonction pour laquelle ils sont remarquablement adaptés. Il existe peu de différences entre leur anatomie et celle d’un lion d’Afrique. Comparée à leur espèce canine, l’espèce féline offre beaucoup moins de diversité entre les races. On reconnaît cependant des types longilignes et des types brévilignes. C’est surtout dans la nature du poil et la couleur de la robe que chaque chat se différencie des autres. La plupart pèsent entre 2,5 et 5,5 kg. Le squelette : Le squelette du chat est particulièrement flexible et léger, ce qui fait de cet animal un athlète particulièrement gracieux. Les chats marchent sur leurs orteils, allongeant leurs membres. La clavicule ( l’os entre les pattes antérieures ) est constituée d’un petit cartilage qui permet aux pattes antérieures de se détendre.  La musculature : Grâce à sa musculature particulièrement développée de ses membres postérieurs, le chat peut courir  à très vive allure sur une courte distance ( environ 48 km/h ). Sa queue est une sorte de cinquième membre, jouant un rôle de balancier et signalant son humeur. Un mécanisme de haute précision : Peu résistants, les chats économisent leur énergie. Leurs os sont légers, et les fractures fréquentes. La coordination de leurs gestes dépend d’un excellent sens de l’équilibre, renforcé par leur système nerveux. Il est rare qu’ils évaluent mal une manœuvre ou une distance et ils atterrissent toujours sur leurs pattes.
Les chats ont un remarquable sens de l’équilibre. Les yeux, l’oreille interne, ainsi que l’activité nerveuse et cérébrale, interviennent dans ce comportement inné. Un chat qui tombe effectue une rotation de 180° pour atterrir sur ses pattes.

 reflexequlibre-7918658

Les chats sont de véritables athlètes. La flexibilité de leur colonne vertébrale leur confère une souplesse inégalable. Ils sont capables de faire des bonds horizontaux ou verticaux égalent cinq fois leur taille.

FACE                                                    VUE ET OUÏE                                                    ORGANES                                                    MORPHOLOGIE

                                                                                           morphologie-5725550

Questions / Réponses

• Mon chat a six orteils à chaque patte. Est-ce normal ? Non. La plupart des chats ont cinq orteils aux pattes avant,  y compris l’ergot, et quatre aux pattes arrière. Cependant, beaucoup de chats ont des orteils supplémentaires, ce qui leur en fait six aux pattes avant et cinq aux pattes arrière ( ils sont polydactyles ). Cette anomalie constitue un avantage pour grimper, chasser et se défendre, mais il faut surveiller les griffes et les couper régulièrement pour éviter qu’elles ne s’incarnent. • Mon chat est tombé du quatrième étage sans une égratignure. Le chat du voisin est tombé du sixième étage et en est mort. Comment deux étages peuvent-ils faire une telle différence ? Les vétérinaires appellent ce phénomène syndrome de vol. Les réflexes du chat lui permettent d’atterrir sur ses pattes sans blessure, s’il tombe d’un étage peu élevé, mais a partir de cinq étages, il lui devient difficile de supporter l’impact. Il arrive cependant que des chats tombent de plus haut sans se faire mal. Cela s’explique par le fait que le chat, s’étant mis en position d’atterrissage, ralentit la chute à l’aide de ses membres étirés, limitant ainsi l’impact.

LES PROBLÈMES DE DIGESTION

Vomissements anormaux, diarrhée ou constipation sont généralement les symptômes d’un disfonctionnement de  l’appareil digestif.
Les vomissements font partie du système de défense naturel du chat et permettent l’élimination d’aliments nuisibles ou en excès. Il est normal pour certains chats ( surtout ceux qui mangent leurs proies ) de vomir une à deux fois par semaine. Un chaton peut recracher des vers, signe que son traitement vermifuge a été négligé. Pourtant,  une fréquence ou une apparence inhabituelles de vomissements doivent attirer votre attention.

Les vomissements anormaux

Les obstructions intestinales :

Si votre chat vomit plus fréquemment que d’habitude, s’il recrache du sang coagulé ou s’il perd du poids, il peut souffrir d’une obstruction intestinale ou d’une tumeur. Consultez alors immédiatement un vétérinaire. Les gastrites : Plusieurs formes de gastrites peuvent engendrer des crises de vomissements aiguës. Gardez le chat à la maison et donnez-lui de petites quantités d’eau. S’il vomit l’eau, restreignez les prises de liquide pendant huit à douze heures pour permettre à l’estomac de se reposer. Donnez alors une cuillerée à soupe d’eau toutes les trente minutes afin d’éviter la déshydratation et supprimez toute nourriture pendant les huit heures qui suivent la dernière attaque. Reprenez alors l’alimentation par petites quantités. Si le chat continue à vomir, consultez rapidement un vétérinaire. L’entérite infectieuse : Les chats et les chatons non vaccinés sont exposés à l’entérite infectieuse ( voir dossier maladies infectieuses ) .Dans les formes les plus aiguës de la maladie, le chat souffre de crises de vomissements graves et fréquentes, de diarrhée et de douleurs abdominales. L’entérite infectieuse est souvent fatale. Elle est aussi très contagieuse. La meilleure prévention reste la vaccination, mais, malheureusement, celle-ci n’est pas efficace contre toutes les formes de la maladie. Ingestion d’objets :  Des vomissements peuvent également survenir après ingestion d’un petit objet provoquant un blocage de l’intestin. Radiographies, endoscopie, voire chirurgie, peuvent être prescrites pour localiser et retirer l’objet. Ce problème est toutefois moins fréquent chez les chats que chez les chiens.
Il peut arriver au chat de régurgiter sa nourriture avant même qu’elle ait atteint l’estomac, et éventuellement de l’ingérer à nouveau. Ce phénomène occasionnel et bénin peut se produire lorsque le chat mange trop vite. Cependant, s’il persiste, demandez conseil à votre vétérinaire.

Une troisième paupière constamment visible est signe que votre chat est souffrant. Il est peut-être déshydraté en raison d’une crise de diarrhée. 

La diarrhée

Des excréments informes ou liquides peuvent être le symptôme de problèmes alimentaire ou digestifs comme une suralimentation, un changement de régime mal supporté, une nourriture trop riche ou la présence de vers. Certains chatons présentent une intolérance au lactose contenu dans le lait de vache. Un chaton dont la diarrhée dure plus de 48 heures doit être examiné par le vétérinaire, même s’il semble en bonne santé. Que faire ? :  Si votre chat subit brusquement une crise de diarrhée, gardez-le à la maison et ne lui donnez aucun aliment solide pendant 24 heures. Approvisionnez-le seulement en eau fraîche. Passée cette période, commencez par lui donner des aliments très légers  –  nourriture pour bébés, viande blanche ou poisson  –  en petites quantités, quatre à six fois par jour. La première journée, donnez-lui la moitié d’une ration journalière normale, en augmentant progressivement les quantités si la diarrhée ne réapparaît pas. Si elle persiste, ou s’il y a présence de sang dans les selles, consultez immédiatement le vétérinaire. Le dérèglement hormonal :  Une perte de poids accompagnée d’une diarrhée chronique peut être le symptôme d’un dérèglement hormonal  –  une hyperactivité de la glande thyroïde, par exemple. Le chat peut alors développer  un appétit vorace. Les plus communément touchés sont les plus âgés. Votre vétérinaire effectuera un test sanguin afin d’évaluer les taux d’hormones. Dans la plupart des cas, l’ablation de la glande thyroïde constitue une solution efficace. 

Des excréments noirs et goudronneux peuvent indiquer une hémorragie interne ou une tumeur, à toujours considérer sérieusement. Si possible, apportez un échantillon récent des selles de votre chat pour les faire analyser afin d’aider le vétérinaire dans son diagnostic. Pour prélever cet échantillon, vous pourrez avoir besoin de garder votre chat à l’intérieur, avec une litière, pendant un jour ou deux. Placez l’échantillon dans un récipient propre, étiqueté, avec le nom du chat, la date et l’heure du prélèvement. Les allergies alimentaires : De nombreux chats présentent une sensibilité particulière à un aliment ( au foie, par exemple ) , voire à plusieurs. Le lait ne doit pas être considéré comme une boisson susceptible de remplacer l’eau, mais comme un aliment. Si votre chat souffre de diarrhée chronique, supprimez tous les produits laitiers de son alimentation. Vous pourrez diminuer la diarrhée chez un chat connu pour ses allergies à certains aliments en supprimant toute nourriture préparée à la maison et en privilégiant les aliments du commerce de bonne qualité. Votre vétérinaire vous conseillera. En outre, veillez attentivement à ce que votre chat ne mendie pas dans les poubelles, ce qui, bien évidemment, annulerait l’effet des précautions que vous prenez.

La constipation

Les causes :

La constipation peut avoir des causes extrêmement simples. Une litière souillée, par exemple, peut inciter un chat à retenir ses selles. Or, lorsqu’il les retient, son intestin absorbe le fluide contenu dans les selles, ce qui peut les rendre trop denses pour être évacuées. Par ailleurs, le stress, l’ingestion de boules de poils, la déshydratation, une tumeur ou une obstruction intestinale ( due, par exemple, à des os de poulet ) peuvent être à l’origine de la constipation. Enfin, c’est un phénomène fréquent chez les chat âgés. Les symptômes :  Les chats constipés rejettent des excréments durs et secs, voire aucun. Après plusieurs efforts, les selles peuvent devenir liquides. Vous serez alertés lorsque vous remarquerez que, pendant plusieurs jours, votre chat ne défèque plus ou qu’il essaie en vain. Ne confondez pas cette attitude avec les efforts faits pour uriner en cas de cystite. Si la constipation dure, le chat risque de s’affaiblir et de se déshydrater progressivement. S’il se met en outre à vomir, emmenez-le chez le vétérinaire. Le traitement :  Le vétérinaire éliminera la masse fécale en administrant au chat un purgatif ou un laxatif, nécessitant peut-être une anesthésie générale. Les substances émollientes ou purgatives ( comme le son ) peuvent être utiles pour débloquer les selles. Le vétérinaire prescrira un régime pour quelques jours ou bien vous conseillera de composer une alimentation à base de poisson, poulet, son ou d’œufs pas trop cuits.
Radiographie, écographie, test sanguins peuvent être effectués pour déterminer les causes du problème, suivre les évolutions et prescrire le traitement approprié. En fonction des résultats, il est possible que votre chat ait besoin d’un régime alimentaire spécial à vie. Les jeunes chats ( 2 à 9 ans ) présentent couramment un ‹‹ mégacôlon ›› ( dilatation anormale du gros intestin, accompagnée d’un épaississement de la paroi ) qui provoque une retenue des selles. Si un simple traitement par médiacaments peut souvent suffire, il est parfois nécessaire de retirer la partie du côlon atteinte.

Cette radio montre clairement une accumulation de selles dans l’intestin. Prévenez la constipation en ajoutant des fibres dans l’alimentation du chat et en le brossant régulièrement pour éviter les boules de poils. 

Questions / Réponses

• Notre chat mange souvent de l’herbe, mais il est malade ensuite. Est-ce normal ? Non. Manger de l’herbe est un comportement habituel chez les chats, bien que les raisons en demeurent obscures. Cela ne leur est pas nuisible, à condition que l’herbe n’ait pas été traitée avec des produits chimiques. Les chats qui vivent à l’intérieur apprécient d’avoir de l’herbe à mâcher. • Ma chatte voyage mal en voiture. Elle bave abondamment et vomit souvent. Que faire ? Ne lui donnez rien à manger avant un voyage et couvrez son panier d’une serviette. De petits parcours fréquents ou de courts moments passés dans la voiture à l’arrêt peuvent l’aider a s’acclimater. En cas d’échec, envisagez avec votre vétérinaire l’emploi de sédatifs pour les longs trajets.

• Notre chat de 2 ans adore le foie. Je lui en donne une fois par semaine. Ces derniers temps, j’ai remarqué qu’après en avoir mangé, il était sale sous la queue, comme s’il avait la diarrhée. Dois-je continuer à lui donner du foie ? Le foie est un aliment très riche. Il est probable que cela cause chez votre chat un léger dérèglement alimentaire. Arrêtez donc de lui en donner, du moins pour l’instant. Si la diarrhée cesse, vous pourrez lui redonner des petites portions de foie occasionnellement, si toutefois la diarrhée ne se reproduit pas. Si, en revanche et de toute évidence, le foie n’est pas la cause de la diarrhée et qu’elle persiste, consultez votre vétérinaire. • Ma chatte s’est récemment fracturé le bassin. Le vétérinaire m’a annoncé qu’il en résulterait probablement une constipation à long terme et m’a conseillé un traitement laxatif en prévention. Est-ce que cela peut avoir une influence sur la santé de ma chatte ? Oui. L’utilisation à long terme de laxatifs peut modifier l’assimilation des vitamines contenues dans les graisses ( vitamines A, D, E et K ), qui sont des nutriments essentiels. Veillez donc à lui apporter régulièrement un complément vitaminé. Votre vétérinaire devrait pouvoir vous conseiller. • Le vétérinaire m’a recommandé de donner à mon chat une dose quotidienne d’huile de paraffine pour traiter sa constipation. Mais j’ai beaucoup de mal à lui administrer. Que conseillez-vous ? Il faut toujours être très prudent lorsqu’on administre un médicament liquide par voie orale à un chat. En effet, si celui-ci inhale le produit, cela peut provoquer une pneumonie grave. Administrez donc l’huile à petites doses ( à l’aide d’une seringue dépourvue d’aiguille ), en laissant à votre chat suffisamment de temps pour avaler correctement. Vous pouvez aussi parfumer l’huile de paraffine insipide avec de l’huile de sardine, par exemple. Par ailleurs, il existe de nombreux laxatifs aux parfums attractifs : demandez conseil à votre vétérinaire. Vous pouvez enfin déposer de la vaseline sur ses moustaches ou ses pattes, ainsi il la léchera en faisant sa toilette.

SE POSER LES BONNES QUESTIONS :

LES PROBLÈMES OCULAIRES

Le chat possède une grande acuité visuelle qui permet d’explorer facilement son environnement. Cependant les yeux sont fragiles. Bien que sa structure soit similaire à celle de l’œil humain, l’œil du chat présente des particularités. Les chats n’ont besoin que du sixième de la lumière nécessaire à l’homme pour y voir et se déplacer. La courbure du globe oculaire facilite un captage de lumière maximal; une membrane au fond de l’œil, le ”tapetum lucidum”, agit comme un miroir et réfléchit tous les rayons absorbés par la rétine ( membrane sensible qui reçoit les images ). La pupille du chat est plus élastique que la nôtre, ce qui lui permet d’avoir un champ de vision plus large. Mais, de près, un chat voit plus flou et distingue moins de couleurs qu’un humain.

Une autre caractéristique de l’œil du chat est la membrane nictitante ou ”troisième paupière”, située dans le coin interne de chacun des yeux. La plupart du temps invisible, elle agit comme un écran protecteur en cas de dommage de la surface de l’œil. Les symptômes tels que l’œil rouge, mi-clos, pupille modifiée ou encore sécrétion anormale doivent être signalés le plus tôt possible à votre vétérinaire.

L’œil du chat, anatomiquement proche de celui de l’homme, est proportionnellement plus grand. La plupart des blessures atteignent la surface de l’œil, en particulier les paupières et la cornée. L’apparition de la ”troisième paupière” est un signe de maladie.

 anatomieoeil-7350452

Les infections de l’œil

L’ulcère de la cornée : En se bagarrant, les chats peuvent se griffer les yeux; c’est la plus courante des blessures oculaires. Un œil mi-clos qui coule en est un signe. Il faut aussitôt consulter le vétérinaire, car si la blessure est grave, le chat peut perdre l’usage de l’œil blessé. Mais le plus souvent les combats occasionnent des écorchures autour des yeux ou sur la cornée, avec comme conséquence des yeux larmoyants et rouges qui restent difficilement ouverts. Il faut toujours traiter les blessures des yeux pour éviter que ne se développe un ulcère de la cornée ou une infection grave.

Ce chaton a été blessé à l’œil gauche. A l’aide d’un colorant, le vétérinaire peut vérifier si la cornée a été endommagée.  blessureoeil-9976446

La conjonctivite : La conjonctivite est la muqueuse qui recouvre la face interne de la paupière et la face externe du globe oculaire. Le chat est atteint de conjonctivite lorsque cette muqueuse est enflammée, rouge et plus ou moins purulente. Cette inflammation peut résulter d’une allergie, de la grippe ou d’un autre agent infectieux, dans un œil ou les deux. Elle est souvent accompagnée d’un écoulement clair ou jaunâtre. Le vétérinaire prescrira un antibiotique et des gouttes. Mais n’administrez jamais à votre chat un collyre pour les humains pour soigner sa conjonctivite.

La conjonctivite peut être le symptôme d’une infection locale, d’une réaction allergique ou d’un virus.  conjonctivite-3999414

Pour appliquer des gouttes oculaires, tenez d’une main la tête de votre chat et, de l’autre déposez-les dans l’œil. Ne dirigez pas le flacon vers l’œil, mais tenez-le au-dessus et appuyez. Maintenez la paupière fermée après chaque goutte, pour vous assurer qu’elle a pénétré.  gouttesyeux-8506930

Les canaux lacrymaux obstrués : Les chats de race à poil long, en particulier ceux qui ont la face écrasée et des yeux proéminents – caractéristiques typiques des Persans et des races proches – , ont souvent les canaux lacrymaux bouchés. Cela n’est pas réellement douloureux pour le chat mais les yeux doivent être baignés régulièrement pour éviter que le poil ne s’emmêle autour des yeux. Si ce nettoyage n’est pas satisfaisant, le vétérinaire débouchera les canaux sous anesthésie. 

Un dépôt dans un coin intérieur de l’œil est signe de canal lacrymal obstrué.  canallacrymalbouche-2288396

Les maladies oculaires

Il arrive que les chats souffrent de maladies des yeux qui peuvent aller jusqu’à la cécité.

L’atrophie progressive de la rétine  :

C’est une dégénérescence héréditaire chez les Abyssins, visible dès l’âge de 3 mois. Les Siamois également en sont souvent atteints, mais uniquement à l’âge adulte, sans qu’aucun caractère héréditaire n’ait été prouvé. Cette maladie n’est pas douloureuse, mais elle entraîne incurablement la cécité. La cataracte : Cette maladie oculaire touche plutôt les chats âgés ou diabétiques, mais aussi parfois les chats jeunes en cas de défaut congénital. Un voile opaque apparaît sur l’œil et s’étend peu à peu s’il n’est pas traité. Une intervention chirurgicale peut permettre à votre chat de recouvrer la vue. Le glaucome :  Cette grave et douloureuse affection est rare chez les chats. Elle se produit à la suite de lésions. Le globe oculaire devient plus gros et se durcit. L’œil est rouge et gonflé, la cornée se voile et les paupières sont enflées. Le chat risque de devenir aveugle. Un glaucome peut être traité par des gouttes, par des comprimés ou par une intervention chirurgicale si l’affection n’est pas importante. Demandez conseil à votre vétérinaire. Procidence de la troisième paupière :  Cette membrane, appelée aussi corps clignotant, ne se voit pas chez un chat en bonne santé. L’apparition de la troisième paupière  est le symptôme d’un élément infectieux toxique, local ou général. La paupière couvre l’œil d’un voile protecteur. On utilise parfois des lentilles de contact transparentes, en guise de bandage, pour soigner le chat.

Un bouton attaché avec du fil permet de maintenir la troisième paupière fermée, pour que la cornée puisse se rétablir et pour éviter que le chaton ne se gratte. Ce procédé courant est totalement indolore.  oeilbouton-3029963

LES MALADIES OCULAIRES LES PLUS COURANTES

Questions / Réponses

• Comment puis-je savoir si mon chat est en train de perdre la vue ? Vous pouvez vérifier si la vue d’un chaton ou d’un jeune chat est bonne en lançant une balle ou un objet attaché à un fil et en observant ses réactions. Chez le chat âgé, une mauvaise vue va ralentir ses mouvements, il se déplace le long des murs et se cogne aux meubles. Si cela arrive soudainement, consultez votre vétérinaire sans attendre car certains traitements d’urgence peuvent rendre la vue à votre chat. • Mon chat Angora, bien que très propre a souvent un cercle marron autour des yeux. Quelle en est la cause ? La plupart des chats fabriquent naturellement une sécrétion au coin des yeux, qui peut parfois prendre une couleur marron dans le cas des chats aux poils clairs. Si votre chat ne présente pas d’autres symptômes, n’ayez pas d’inquiétude, il n’est pas malade. Vous pouvez lui nettoyer les yeux avec un coton humide. En revanche, si cela empire, mieux vaut consulter votre vétérinaire. • Notre chatte se frotte régulièrement un œil, alors que ses paupières ne semblent pas infectées. Que devons-nous faire ? Votre chatte a de l’entropion : sa paupière s’enroule sur elle-même, provoquant un frottement des cils sur la cornée de l’œil et donc une irritation. Ce défaut d’origine génétique se corrige par une intervention chirurgicale bénigne. • Mon chat de 17 ans est aveugle, mais mis à part cela en bonne santé. Je ne souhaite pas l’euthanasier. Est-ce cruel de lui faire supporter le cécité ? Non. Votre chat, même s’il est âgé, peut compenser sa cécité grâce à l’acuité de ses autres sens qui semblent intacts: l’odorat et l’ouïe. Du moment qu’il ne souffre pas d’autres maladies et qu’il ne se trouve pas en situation d’être attaqué par d’autres chats, il doit pouvoir vivre encore quelques moments heureux avec vous.

 ⇪

DOSSIERS BIEN-ÊTRE

COMPORTEMENT                                                                               RELATIONS : NOUS ET EUX                                                          ENTRETIEN

Les chats et les autres animaux                                                            • Les relations avec le chat                                                             • L’apprentissage de la propreté

• Les chats et les enfants                                                                         • L’éducation du chat                                                                     • Le toilettage

• L’importance du jeu                                                                             • La communication et le langage                                                  • Les griffes

• La chasse                                                                                             • La vie a l’extérieur ou a l’intérieur ?

• La défense du territoire                                                                       • Les transports

• L’agressivité entre chats                                                                        • Les vacances

• L’agressivité envers l’homme                                                                 • Le chat âgé

• Les désordres urinaires et intestinaux                                                    • La mort d’un compagnon

• Nervosité, phobies et stress

LE TOILETTAGE

A moins d’être malade ou très âgé, un chat fait sa toilette régulièrement. Cependant, le brossage est nécessaire, surtout s’il s’agit d’un chat à poil long. En se léchant, les chats nettoient leur fourrure, se massent, se débarrassent du poil mort et stimulent leur circulation sanguine. Mais ce faisant, ils avalent souvent des poils, ce qui peut créer une boulette dans l’estomac. C’est pourquoi il faut brosser régulièrement la fourrure de votre chat. En outre, les chats âgés sont moins souples et ont donc plus de mal à nettoyer toutes les parties de leur corps. Le toilettage du chaton : Le toilettage du chaton permet de l’habituer aux soins. Pour commencer, vous pouvez le caresser avec une brosse douce pendant qu’il mange ou se repose sur vos genoux. Lorsqu’il sera habitué à ce geste, passez à l’utilisation du peigne. Rappelez-vous que le toilettage est l’occasion de vérifier la dentition, les yeux et les oreilles, mais aussi de caresser votre chat, de jouer avec lui et de lui parler. Terminez le toilettage par un lustrage à la peau de chamois qui maintiendra le poil brillant et en bonne santé. Une petite friandise récompensera votre compagnon de sa patience. Ainsi pratiqué, le toilettage concourt au bien-être du chat, tant physiquement qu’affectivement. Si vous venez d’adopter un chat : Les chats abandonnés ont souvent été négligés et refusent d’être toilettés. Si vous venez d’adopter un chat dont les poils ont sales et emmêlés, n’utilisez jamais de ciseaux pour couper les nœuds : vous pourriez le blesser, surtout s’il se débat. Employez un après-shampoing démêlant. Si cela ne suffit pas, votre vétérinaire pourra lu donner un calmant et raser la fourrure emmêlée. Mais attention : un chat rasé risque d’attraper froid. Maintenez-le à l’intérieur et à l’abri des courants d’air, ou revêtez-le d’un manteau spécial. Pendant que sa fourrure repousse, brossez-le doucement avec une brosse de bébé ou un gant de caoutchouc. Peu à peu, le chat apprendra à aimer les soins que vous lui prodiguez. Les chats à poil court : Un chat à poil court en bonne santé n’a pas besoin d’être toiletté plus d’une fois par semaine. Peignez-le de la tête à la queue, puis répétez l’opération avec une brosse en soie ou en caoutchouc. Placez-le sur un journal ou sur une serviette blanche : il vous sera ainsi plus facile de voir tomber des éventuelles déjections de puces ( minuscules points noirs de sang coagulé ). Terminez le toilettage en lissant la robe avec une peau de chamois ou un autre tissu doux pour la faire briller. Il faut utiliser une brosse douce pour bébé sur la fourrure d’un Rex.

Peignez soigneusement l’ensemble de la fourrure.Pour un chat à poil court, utilisez un peigne fin.

Les chats à poil long : La fourrure fine est douce des chats à poil long s’emmêle facilement, formant une bourre inextricable. Aussi ces chats ont-ils besoin d’un toilettage quotidien, en particulier les Persans. En revanche, le Maine Coon ou le Balinais ont très peu de sous-poil et sont faciles d’entretien.
Passez doucement sur l’ensemble du corps un peigne à larges dents ou une brosse plate. Prenez soin de ne pas faire mal au chat en tirant trop fort, en particulier dans les zones sensibles comme le ventre et les flancs. Profitez-en pour vérifier que le chat ne présente aucune blessure, couleur anormale de la peau, bosse ou déjections de puces. C’est surtout autour des oreilles et derrière les pattes que les nœuds se forment. Démêlez-les d’abord avec les doigts avant de les peigner soigneusement. Si vous avez du mal à défaire les nœuds, il existe des après-shampoings démêlants en vaporisateur qui peuvent vous aider. Utilisez une brosse en soie pour la queue et le cou.

La brosse plate sert à lisser doucement les poils d’un chat à poil long. Brossez-le de la tête vers la queue, dans le sens du poil.

Utilisez une brosse de bébé pour les longs poils autour des oreilles et des joues. Cette zone, difficile à atteindre pour les chats, est souvent emmêlée. 

ÉQUIPEMENT COMPLET DE TOILETTAGE

Brosse en acier            Brosse en soie           Brosse de bébé           Coupe-griffes           Brosse plate           P. dents fines         P. dents larges          Peau de chamois

                                                                            

Un examen attentif

Un soin hebdomadaire est le moment idéal pour toutes sortes de petites vérifications.

Les oreilles :

Une inflammation ou une odeur particulière sont les symptômes qu’il ne faut pas négliger. Le cérumen doit être couleur miel, bien réparti, inodore. Pour nettoyer les oreilles, utilisez une solution nettoyante et essuyez l’excès de cérumen avec un coton. Les yeux :  Vérifiez qu’ils ne présentent pas d’écoulement, de rougeur ou de gonflement. Baignez les paupières à l’aide d’un coton doux humidifié avec un nettoyant ophtalmologique pour chat ou avec du sérum physiologique. La bouche : Vérifiez la dentition: elle ne doit pas présenter de plaque et les gencives doivent être indemnes de toute inflammation. Examinez la langue et le palais, puis brossez les dents du chat. Si votre chat n’est pas habitué à ce soin depuis son plus jeune âge et qu’il résiste, demandez à votre vétérinaire de lui faire un détartrage sous anesthésie tous les ans. Les pattes : Normalement, le chat les nettoie lui-même. Néanmoins, si elles sont sales  –  ce qui peut arriver par mauvais temps  –  , nettoyez-les avec un coton humide. Les griffes : Les chats qui vivent à l’extérieur entretiennent leurs griffes naturellement, en grimpant aux arbres, par exemple. Mais un chat d’intérieur peut avoir besoin qu’on lui coupe les griffes, surtout s’il est âgé ou s’il abîme les meubles. En effet, des griffes trop longues peuvent s’incarner dans les coussinets et s’infecter. Utilisez un coupe-ongles spécial à guillotine et demandez l’aide de quelqu’un pour maintenir le chat pendant ce soin. Pressez derrière chaque doigt pour faire sortir les griffes rétractiles. Seules les pointes doivent être coupées et surtout pas la partie intérieure de la griffe, rose et sensible. Cette opération est un peu délicate. Si vous craignez de faire mal à votre chat, demandez à un toiletteur ou au vétérinaire de vous montrer la meilleure technique.

Couper les griffes est une opération délicate. Demandez à un professionnel de vous montrer comment procéder. Mieux vaut ne pas en couper assez que trop. 

Le bain

A moins que votre chat ne soit destiné à paraître dans des expositions, il n’a pas besoin de bain. D’ailleurs aucun chat, mis a part le chat turc du lac de Van, n’aime l’eau. Cependant, il est possible que vous ayez absolument besoin, de façon tout à fait exceptionnelle, de laver votre chat, s’il s’est roulé dans une substance nauséabonde, par exemple. Dans ce cas, prenez quelques précautions. Demandez à quelqu’un de vous aider la première fois et, si possible, donnez le premier bain quand le chaton n’a que quelques mois. Utilisez de l’eau chaude. Vérifiez la température en trempant le coude dans l’eau, l’idéal étant 38,6 °C, c’est-à-dire la température corporelle du chat. Lavez votre chat dans un évier ou dans une baignoire, si possible munis d’une douche. Un tapis en plastique empêchera le chat de glisser. Ne faites pas couler trop d’eau au fond : 5 à 10 cm suffisent amplement. Mouillez le chat progressivement puis savonnez la fourrure en massant pour que le produit pénètre jusqu’à la peau. Utilisez un shampoing doux pour bébé ou un shampoing spécial pour chats, mais évitez tous les produits pour chiens. Rincez jusqu’à ce que l’eau soit claire, pour éviter que l’animal ne lèche du shampoing. Séchez-le avec une serviette et placez-le dans une pièce bien chaude, à l’abri des courants d’air, pendant qu’il sèche. S’il le supporte, utilisez un sèche-cheveux à basse température.

Après un bain, enveloppez votre chat dans une serviette tiède et frottez-le doucement jusqu’à ce qu’il ne goutte plus. Peu de chats supportent le sèche-cheveux.

 

EN CAS DE SALISSURE DANGEREUSE

Si la fourrure a été salie par une substance qui pourrait être dangereuse, enveloppez le chat dans une grande serviette ou mettez-lui une collerette pour éviter qu’il ne se lèche. Puis nettoyez de la façon suivante, selon la substance :
 

Questions / Réponses

• Peut-il arriver qu’un chat se nettoie trop ? Oui. Les chats peuvent devenir obsédés par leur toilette en cas de stress, ou s’ils ont un problème médical ou physique, comme une infestation de puces ou une dermatose. Si vous apercevez chez lui de signes de toilette excessive, amenez-le chez le vétérinaire. • Malgré tous les soins que je lui prodigue mon chat ne cesse d’ingurgiter des boules de poils, ce qui, visiblement, gêne sa digestion. Que faire ? Vérifiez auprès du vétérinaire que votre chat ne présente pas de problème de peau qui causerait une perte excessive de poils. SI tout paraît normal, votre vétérinaire peut lui donner un laxatif doux une ou deux fois par semaine. Êtes-vous certain que votre matériel de toilettage est adéquat ? •Pourquoi ma chatte se nettoie-t-elle plus par temps chaud? A travers sa fourrure, un chat ne peut guère transpirer. En se léchant, il humidifie sa fourrure et cela le rafraîchit. • Ma chatte se gratte les oreilles. J’ai vérifié, tout est bien propre. Qu’est-ce que cela veut dire ? Peut-être votre chatte a-t-elle un bouchon de cérumen enfoncé profondément et invisible à l’œil nu. Vous pouvez essayer de l’ôter en massant doucement ses oreilles avant de les nettoyer. Si elle continue à se gratter, prenez rendez-vous chez le vétérinaire pour ôter ce bouchon. • J’ai entendu dire que donner un bain régulier empêchait un chat d’avoir des puces. Est-ce vrai ? Non. La seule chose qui évite les puces est un traitement régulier pour les tuer et empêcher leurs œufs et larves de se développer. Les puces et les vers vont de pair. Vérifiez donc que votre chat a été vermifugé. • Mon chat adore se rouler dans la boue et déteste l’eau. Comment faire pour le laver ? A moins qu’il ne soit vraiment maculé des pattes à la tête, ce qui est rare pour un chat, le meilleur moyen est de brosser sa robe avec une serviette ou un gant humide. C’est moins traumatisant que de le baigner.

 ⇪