Les chats ont une respiration très discrète. Un chat qui respire bruyamment a probablement un problème. Cela peut être bénin, mais soyez vigilant.Au repos, un chat respire silencieusement par le nez à une fréquence de 25 à 30 inspirations par minute. Le ronronnement n’est pas lié à la respiration : c’est un signe de plaisir ou une réaction au stress. Mais s’il est plus fort ou plus profond, il peut être révélateur d’une douleur ou d’une maladie. De même, si le chat respire par la bouche, ce qui est rare, il peut être souffrant, présenter une infection, un trouble cardiaque ou pulmonaire. Vérifiez si le nez n’est pas bouché par du mucus, du sang ou du pus et nettoyez-le délicatement avec un coton humide. N’enfoncez rien dans le nez.La dyspnéeSymptômes : On appelle dyspnée une extrême difficulté à respirer. Un chat atteint de ce type de symptôme se tapit, allonge son cou, pousse ses coudes loin du thorax et s’aide des muscles abdominaux pour faire sortir l’air des poumons ( vous verrez les muscles de son ventre bouger ).
Les soins d’urgence : Soyez très attentionné envers un chat dans cet état car tout le stress supplémentaire accélérerait encore sa respiration. Si le chat arrête de respirer, allongez-le sur le côté, tirez doucement sa langue pour dégager la gorge et stimuler la respiration ( voir premiers secours, respiration artificielle ), et vérifiez que rien n’est coincé ( ne vous faites pas mordre ).
Chez le vétérinaire : Amenez le chat au plus vite chez le vétérinaire. Celui-ci vous demandera des informations précises concernant la crise. Est-elle apparue soudainement ou progressivement ? Est-ce arrivé lorsque le chat était actif ? A-t-il été pris dans une bagarre ou un accident ? A-t-il d’autres douleurs ou d’autres symptômes — le nez ou les yeux qui coulent, toux ou manque d’appétit ?Une radiographie pulmonaire peut être nécessaire. Ces investigations seront effectuées sous sédatif : en effet, un chat souffrant de troubles respiratoires présente davantage de risques anesthésiques. Lorsqu’une intervention chirurgicale doit être pratiquée, par exemple, en cas d’une rupture du diaphragme lors d’un accident de la circulation, l’anesthésie est indispensable.La touxLa toux est rare chez les chats. En général, elle révèle une affection des poumons, du cœur ou, de façon plus rare, de la trachée ou des voies respiratoires. Une toux sèche occasionnelle n’a rien d’alarmant, mais une toux persistante, fréquente ou sévère devra être surveillée par un vétérinaire. Le praticien vous demandera tous les détails : quand avez-vous remarqué la toux ? Est-elle sèche ? A quelle fréquence apparaît-elle ? Est-elle plus importante quand le chat est actif ou au repos ? Les vaccins sont-ils à jour ?  Le chat présente-t-il  d’autres symptômes ? D’autres chats de la maison sont-ils infectés ?  Le vétérinaire examinera la gorge ou les voies respiratoires du chat avec un endoscope et pourra aussi prélever un échantillon de mucus pour procéder à un examen bactériologique ou microscopique, ou encore faire une radio des poumons.